La prouesse des bénévoles

Aux côtés des parents, des chercheurs et des équipes de France Télévisions, les bénévoles du Téléthon sont le symbole qu'ensemble rien n'est impossible. 

Téléthon 2016 à Nevers

La prouesse des bénévoles, toujours plus nombreux, transformant cette vague de mobilisation qu’ils incarnent en une déferlante prête à relever les défis les plus audacieux ! Une mobilisation nationale inégalée puisque, 30 ans après sa création, avec le soutien des équipes de France Télévisions, des animateurs, des techniciens qui réalisent un marathon télévisé unique de 30h00, le Téléthon français est le premier au monde rassemblant, chaque premier week-end de décembre, 5 millions de personnes dans les rues et devant leur petit écran. 

Près de 5 millions de Français participent chaque année au Téléthon. Le premier week-end de décembre, ils assistent à l’une des 20 000 animations sportives, culturelles, ludiques ou gastronomiques organisées dans plus de 10 000 communes de métropole et d’outre-mer, ainsi que dans des lieux "clés" du globe. 

Ventes de crêpes, achats solidaires, défis sportifs, soirées dansantes, concours en tous genres, les animations du Téléthon sont l’occasion de faire la fête partout en France et dans le monde. Les sommes collectées à cette occasion représentent environ 40 % du montant total du Téléthon.

Pour organiser ces manifestations, le Téléthon peut compter sur les bénévoles : 200 000 femmes et hommes de la Force T – comme Téléthon. Ils sont encadrés par 153 équipes de coordinations. En leur sein, près de 1 900 équipiers, des bénévoles permanents, veillent au bon déroulement des animations et de la remontée des fonds.

Communication, mobilisation des entreprises ou des scolaires, tâches administratives, réalisation de vidéos ou de sites internet, contrôle de la collecte... Le Téléthon fédère des bénévoles de toutes générations et de toutes compétences. Leur point commun : une énergie à toute épreuve.

 Une mobilisation incroyable 

Tous à vos aiguilles à tricoter pour le Téléthon 2017 !
«Cette année, nous allons tricoter une écharpe de 79 km pour relier Meymac à Peynat, commune qui accueillera le lancement départemental du Téléthon 2017.» Bénévole depuis 2001, Annie a repris l’organisation du Téléthon à Meymac en 2011. Depuis, la collecte est en augmentation constante. 
L’idée du tricot a germé dans l’esprit d’Annie alors qu’elle réfléchissait au défi fil rouge pour cette 31e édition du Téléthon. « Au début je pensais organiser 24h de tricot pour entourer le centre‐ville d’une écharpe géante » explique‐t‐elle. Et de fils en aiguille, elle imagine ce défi un peu fou : tricoter une écharpe de 79 km de long pour relier la commune de Meymac à celle de Beynat, en Corrèze.
« Nous tricotons des écharpes de 20 cm par 1 m que nous allons coudre entre elles. » Pour atteindre son objectif, elle a mis en place deux ateliers tricot par semaine dans sa commune.
A domicile ou dans les ateliers, toutes les bonnes volontés sont invitées à rejoindre les rangs des tricoteurs. 

Des records et de la bonne humeur
C’est en voyant les émissions à la télévision et la mobilisation des sapeurs‐pompiers de sa commune qu’Emmanuel a eu envie à 17 ans de devenir bénévole. Il est allé frapper à la caserne des pompiers du coin pour leur demander comment faire pour participer au Téléthon. 24 ans après, il est toujours fidèle au rendez‐vous.
Au fil des années, Emmanuel a organisé de nombreux défis sportifs avec l’aide de son équipe bénévoles : 24h de tennis de table, de foot ou de vélo. 
Quand il n’imagine pas de défis sportifs, Emmanuel propose des animations ludiques comme un parcours de billes géant ou un baby‐foot humain. 
« Pour le Téléthon 2017, nous allons nous surpasser, nous n'allons pas proposer 1 mais 2 tentatives de records du monde homologués au Guinness Book : un défi sportif en tennis de table avec plus de 150 participants et un défi pour réaliser le plus grand nombre d’origamis au monde. ».

Les étudiants en médecine se mobilisent
Depuis 7 ans, les étudiants en 2e et 3e année de médecine à Marseille organisent de nombreuses animations pour le Téléthon. De véritables champions de la collecte : à eux seuls, ils ont collecté 48 000€, plus de la moitié des fonds collectés par tous les étudiants en médecine !
Faire nettoyer votre voiture, envoyer quelqu’un faire les courses à votre place ou passer une après‐midi en bateau, autant de services que les étudiants en médecine de Marseille ont mis aux enchères lors d’une vente organisée au profit du Téléthon. Ils ne manquent ni d’énergie, ni d’imagination : «Pendant les 3 semaines précédant le Téléthon, nous avons organisé aussi un cross, un tournoi de jeux vidéo en amphi, une tombola, une conférence, des stands de ventes de gâteaux ou de produits Téléthon et 3 jours de tournée de les centres commerciaux locaux» détaille Nicolas qui a coordonné le dernier Téléthon avec Marie.
Un véritable marathon à mener en plus des cours et des stages : « On était à deux semaines du Téléthon et j’étais épuisé par les journées à rallonge pour tout gérer mais quand j’ai entendu le témoignage d’une personne concernée par la maladie lors de la conférence Téléthon que nous avons organisé j’ai été vraiment ému. Je me suis dit que je ne faisais pas ça pour rien et ça m’a reboosté ».

La générosité n'attend pas le nombre des années
Paul‐Ewen, 10 ans,  participe à son 4e Téléthon cette année, aime beaucoup bricoler et jardiner avec Jean‐Paul, son papa. Tout a commencé en 2014 quand il décide de vendre les citrouilles qu’il avait plantées dans le jardin familial au profit des enfants malades. « La première année, il a réussi à collecter 100 €. Il a appelé le 36 37 pour faire un don, se remémore Marie‐Anne, sa maman. L’année suivante, nous avons contacté la coordination de l’AFM‐Téléthon pour devenir bénévoles. »
Et depuis les réservations affluent, à tel point que Paul‐Ewen a élargi sa production. « En plus des citrouilles, il plante des courges longues et des butternuts. Cela représente un champ entier de 1000 m² ! raconte sa maman. Nous nous sommes même lancées avec sa grand‐mère dans la production de confitures. » Partenariat avec un traiteur local qui met sa production au menu de ses repas pendant une semaine, collecte de citrouilles auprès du potager d’un zoo local ou d’autres jardiniers pour compléter sa production, Paul‐Ewen ne manque pas d’imagination pour développer sa collecte !

Le défi de la tarte au sucre géante
Chaque année depuis 6 ans, Pascal, artisan boulanger de 37 ans vend des petits pains au profit du Téléthon mais cette année, il a décidé de voir plus grand et se lance un défi : réaliser une tarte au sucre, une spécialité de la région ardennaise, de 4,5 mètres de long !
2,7 kg de sucre, 6 kg de beurre, 18 kg de farine, plus de 200 oeufs … c’est la liste des ingrédients de la recette de la tarte au sucre géante que Pascal prévoit de réaliser pour ce Téléthon 2017. « Il me faudra 12 kg de pâte et 3 heures de cuisson pour réaliser une tarte rectangulaire de 4,5 mètres de long », prévoit Pascal, artisan boulanger à Monthermé dans les Ardennes.
« Quand j’étais jeune ouvrier, la fille de mon patron était gravement malade", se souvient Pascal. Cette histoire a marqué le jeune boulanger qui, devenu lui‐même papa depuis, a décidé de soutenir à sa manière le combat des enfants et des familles. « J’ai lancé la vente de petits pains au profit du Téléthon, il y a 6 ans, quand j’ai ouvert ma boulangerie. » raconte‐t‐il. «Je ne fabrique ces petits pains aux trois chocolats qu’une fois par an à l’occasion du Téléthon. C’est devenu un rendez‐vous attendu de mes clients. L’année dernière, j’en ai vendu 700 en une semaine."