Des thérapies innovantes pour restaurer la vision

Les rétinites pigmentaires sont des maladies génétiques de l’oeil qui entraînent une perte progressive de la vue, pouvant aller jusqu’à la cécité. Elles touchent environ 30 000 personnes en France. Un essai a démarré. Pour la Neuropathie optique héréditaire de Leber, une autre maladie génétique rare de la rétine, les premiers résultats de la thérapie génique sont là. 

Une thérapie cellulaire pour la rétinite pigmentaire

Depuis un peu plus de 10 ans, une chercheuse déterminée, Christelle Monville, se consacre au développement de la thérapie cellulaire pour ces maladies de la rétine : « le but ultime du chercheur est de proposer un traitement là où il n’existe aucune solution ».

 

 

Au sein de I-Stem, un des laboratoires de l'AFM-Téléthon, elle a mis au point un processus pour fabriquer à partir de cellules souches, les cellules pigmentées de la rétine, ces cellules noires que l’on voit au travers de la pupille. Elle a ensuite constitué un « patch cellulaire » en mettant ces cellules produites en laboratoire sur une membrane amniotique, un patch biologique qui sera greffé sous la rétine des patients.

Des années de recherche récompensées puisqu’en 2019, en collaboration avec l’Institut de la Vision, le premier essai français de thérapie cellulaire pour une maladie rare de la vision est lancé ! Un traitement qui concerne trois formes de rétinite pigmentaire et qui, à terme, pourrait également permettre de soigner une forme de dégénérescence maculaire liée à l’âge qui concerne plus de 1,5 million de personnes. 

« Nous travaillons depuis plusieurs années au développement de cette technique innovante qui ouvre des perspectives thérapeutiques pour les maladies de la rétine, qu’elles soient rares et génétiques ou fréquentes et liées au vieillissement. Entrer dans la phase de l’essai chez les malades est un moment très excitant »

Déclare la chercheuse au démarrage de l’essai.

 

En savoir plus : Les rétinites pigmentaires sont un ensemble de maladies génétiques de l’œil. A ce jour, on connait plus de 39 gènes impliqués dans ces maladies. Elles se caractérisent par une dégénérescence progressive des cellules de l’épithélium, les cellules pigmentées située à la surface de la rétine provoquant la dégénérescence progressive des photorécepteurs et, à terme, la cécité. 

 

Découvrez la dernière actualité sur l'essai

 

 

 

Cet essai, c'est l'événement de ma vie !

A sa naissance, Ouiza est malvoyante. Sa vue résiduelle baisse progressivement, l’entrainant à la limite de la cécité. Après avoir été suivi par un ophtalmologue, en 2008, elle est prise en charge par l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris qui lui diagnostique une rétinite pigmentaire, tout comme son frère né avec les mêmes problèmes de vue. 

Quand on propose à Ouiza de rentrer dans l’essai de thérapie cellulaire développé par une équipe d’Istem, le laboratoire de l’AFM-Téléthon dédié aux cellules souches, en collaboration avec l’Institut de la vision, elle n’hésite pas. Elle sera, en septembre 2019, la première patiente à bénéficier de la greffe du patch de thérapie cellulaire, suivie par son frère, à un mois d’écart. Pour elle, c’est une grande chance qu’ils aient été tous les deux éligibles !

 

 

 

Elle nous raconte :

"J’ai eu un traitement d’immunosuppresseur une semaine avant l’intervention. Le chirurgien ouvre la rétine et injecte un petit patch dans la gélatine, qu’il place à côté de la macula. J’ai confiance depuis longtemps en ces pistes thérapeutiques novatrices. C’est la 1ère fois qu’on me propose une solution pour ma vue. C’est bouleversant, c’est l’évènement de ma vie ! Pour autant, j’ai bien conscience que ça marchera sans doute sur des personnes avec une meilleure rétine que moi. Je suis quasi aveugle mais j’ai quelques espoirs… c’est possible qu’il y ait des bénéfices pour moi. Il fallait tenter de toute façon !"

Ouiza va être suivie régulièrement et il va falloir patienter quelques mois pour connaitre les effets du traitement : "j’essaie de ne pas me faire trop d’illusions, ce n’est pas évident. J’attends et je demande à mes petites cellules de se mettre au travail…", conclut-elle

Neuropathie Optique Héréditaire de Leber : LE TRAITEMENT DE LA CÉCITÉ GRÂCE À LA THÉRAPIE GÉNIQUE

 

Depuis plus de 15 ans, l’AFM-Téléthon soutient la mise au point de la thérapie génique pour les maladies rares de la vision, notamment pour la Neuropathie Optique Héréditaire de Leber (NOHL), une maladie génétique rare de la rétine qui provoque une perte brutale et irréversible de la vision entre 15 et 35 ans. Des malades ont pu bénéficier d’un traitement de thérapie génique dans le cadre d’essais cliniques menés par la société française GenSight Biologics, soutenue financièrement par l’AFM-Téléthon à sa création.

 

 Cette avancée est issue des recherches fondamentales menées il y a plus de dix ans par une équipe  de l’Institut de la vision. Une véritable prouesse scientifique car l’anomalie à corriger ne se situe pas dans le noyau de la cellule comme pour la plupart des maladies traitées par thérapie génique, mais dans la mitochondrie, ces petites usines qui produisent l’énergie de la cellule.  Gensight Biologics utilise une technologie unique, brevetée et exclusive, basée sur l’utilisation d’une séquence de ciblage mitochondrial, qui, associée au gène d’intérêt permet de l’adresser spécifiquement à l’intérieur de la mitochondrie, dans le noyau de la cellule, pour y produire la protéine fonctionnelle. En collaboration avec Généthon, les chercheurs démontrent l’efficacité de cette thérapie génique chez le modèle animal. 

 

GenSight Biolologics engage alors le développement de cette thérapie génique et, en 2015, le premier essai clinique démarre en Europe et aux USA. Cinq ans plus tard, les résultats sont là  Les malades traités constatent une amélioration dans leur capacité à accomplir des activités faisant appel à leur vision de près, comme de loin. Au total, près de 80 patients ont bénéficié de cette thérapie génique dans cet essai et près de 100 autres patients participent en ce moment à une étude complémentaire.

 

En savoir plus : La Neuropathie Optique Héréditaire de Leber (NOHL) est une maladie génétique rare de l’œil, due à l’anomalie d’un gène mitochondrial. Elle provoque une altération des cellules nerveuses qui composent le nerf optique entraînant une perte brutale et soudaine de la vision centrale dans le 1er œil, puis le 2nd est atteint à son tour de manière irréversible. Elle survient généralement chez des adolescents et des jeunes adultes entre 15 et 30 ans. La maladie serait à l’origine de la cécité chez environ 1400 à 1500 personnes par an aux Etats-Unis et en Europe.

Grâce à la thérapie génique, Julien retrouve son autonomie visuelle

Julien en conférence de presse

 

 

 Il y a 5 ans, Julien commence à voir flou. Il perd la vue en moins de 3 mois. Il est diagnostiqué, à 37 ans, d’une Neuropathie Optique de Leber, une maladie génétique rare pour lequel il n’existe alors pas de traitement. « Je me suis mis à voir comme dans un cul de bouteille, les couleurs sont devenues ternes, et rapidement, je ne voyais plus les traits de mon visage dans la glace »

Très désorienté dans sa vie quotidienne et professionnelle, Julien manifeste son intérêt à entrer dans un essai clinique dès que possible. Trois mois après le diagnostic, son médecin lui apprend qu’une cohorte de patients atteints de la NOHL depuis moins de 6 mois est en cours de recrutement pour le démarrage d’un essai de thérapie génique : « J’ai dit oui immédiatement, j’étais prêt à tout tenter pour entrer dans un protocole ! ».

 

Il faudra attendre 3 à 6 mois pour que le traitement de thérapie génique commence à faire effet et que Julien se mette à distinguer les couleurs et les formes.

 

"Aujourd’hui, j’ai gagné en autonomie, je me déplace sans canne dans la rue, je ne suis plus obligé de compter les stations de métro car j’arrive à lire leurs noms ; je distingue les feux verts ou rouges, je peux même lire la marque de mon dentifrice ! Dans mon métier de consultant, j’arrive à voir leurs couleurs des crayons que j’utilise pour le paperboard! Si je n’avais pas bénéficié de ce traitement de thérapie génique, ma qualité de vue et de vie seraient bien moindres aujourd’hui : Ce traitement de thérapie génique est un immense espoir pour tous les malades atteints de NOHL.